lundi 20 juin 2011

La commune de Proveysieux opte pour la METRO

Il n’y avait pas beaucoup de public à la dernière réunion du conseil municipal de Proveysieux. Pourtant, si un sujet et une décision des élus auraient pu interpeller les habitants, c’est bien celui qui concerne le Schéma Départemental de Coopération Intercommunale. Contrairement aux communes voisines de Quaix en Chartreuse et du Sappey où ce thème fait débat, il semble que cette réforme des collectivités territoriales, qui va entraîner, à terme, la disparition de la Communauté de Communes du Balcon Sud de Chartreuse (CCBSC) semble être le dernier souci des Proveysards. Et pourtant l’enjeu est de taille.


Rappel des faits : le 27 avril dernier, le Préfet de l’Isère informe les responsables des EPCI (Etablissements Public de Coopération Intercommunale), autrement dit les Communautés de Communes, que les collectivités qui ont moins de 10.000 habitants devront se regrouper avec d’autres, plus importantes. Deux alternatives sont proposées à la CCBSC et donc aux cinq communes, soit la Communauté Chartreuse-Guiers, autour du cœur de Chartreuse, soit la Communauté Grenoble Alpes Métropole, la METRO. Cette décision est notifiée aux élus des communes concernées, dont la commune de Proveysieux, le 17 mai, avec une obligation de délibération du conseil municipal dans un délai de trois mois.


Au sein du Conseil Municipal, c’est plus la forme que le fond qui ont fait débat. Se raccorder à la METRO ("même si notre attachement à la Chartreuse semble très fort") semble une démarche naturelle et parait s’imposer pour la totalité des élus. Le maire a d’ailleurs pris comme exemple, réussi, la commune de Venon qui a rejoint la METRO récemment. « Notre bassin de vie est en bas : travail, transports, commerce, enseignement secondaire et universitaire, assainissement, déchetterie, loisirs, culture, santé, équipements de la vie courante. C’est d’ailleurs l’un des principaux critères retenus par le Préfet pour établir son schéma départemental » précise Christiane Raffin, le maire. On sait quand même que les élus de la METRO souhaitent ramener à eux le maximum d’habitants afin d’atteindre le seuil de 450 000 qui leur permettrait de passer en Communauté Urbaine.


En ce qui concerne les compétences, elles devraient être reprises par la METRO, l’urbanisme restant une décision municipale. Avantages, inconvénients, le débat n’a jamais été porté devant les habitants, ce que déplorent d’ailleurs aussi les élus qui dénoncent dans leur délibération « le manque d’information, la brièveté des délais et le caractère comminatoire de la démarche qui entrave l’adhésion de la population au projet alors qu’une large consultation aurait provoqué davantage d’enthousiasme ».


Il devrait y avoir deux représentants de la commune dans cette instance, une représentation qui pourrait rendre les petites communes majoritaires à la METRO ce qui semble a priori peu réaliste. L’avenir nous dira donc si ce choix était pertinent.


Au cours de ce conseil municipal, les élus ont également choisi leur délégué en vue des élections sénatoriales. Il s’agit de Christiane Raffin, suppléée par Claire Thuel, Blandine Turloni et Jean Michallet. Ces élections auront lieu le 25 septembre 2011.

Sur le sujet, vous pouvez aussi suivre l'actualité grâce au blog Intercom Chartreuse

Aucun commentaire: