lundi 24 février 2020

Christian Balestrieri mènera la liste « Proveysieux 2020 »

Les Proveysards l'attendaient depuis longtemps cette liste. Il faut dire que jusqu’au début de cette année, personne ne s’était porté candidat à la mairie pour cette élection municipale, Christiane Raffin, le maire sortant, ayant annoncé qu’elle ne se représentait pas. À tel point que le Dauphiné Libéré avait ciblé Proveysieux dans un dossier intitulé « Des communes en quête de candidats », le 20 janvier dernier.
L'équipe au grand complet. Christian Balestriéri, tête de liste est le sixième à partir de la gauche


À l'initiative d'un élu sortant, désireux de poursuivre son aventure municipale et de chercher une tête de liste, un certain nombre de personnes ont montré leur désir de « faire quelque chose » et de se lancer. Deux réunions plus ou moins internes, une autre élargie à quelques connaissances ont permis de réunir une trentaine de personnes désireuses de ne pas voir Proveysieux disparaître de la carte des communes, comme annoncé. Et puis il y a eu cet « appel au peuple », façon mobilisation générale, débouchant le 1er février sur une grande réunion, très ouverte, où 70 personnes se sont retrouvées à la salle des fêtes pour débattre et échanger sur l'avenir de Proveysieux. « 

Démocratie participative : les Proveysards montrent l’exemple ! », titrait le Dauphiné Libéré, sous la plume de Vincent Paulus.
Une vingtaine d’entre elles se sont déclarées partantes pour monter une liste. Restait à trouver qui en prendrait la tête. C'est désormais chose faite avec l'annonce, cette fin de semaine, d’une liste bloquée de 15 personnes menée par Christian Balestrieri, ancien élu de 1989 à 1995 sous le mandat d'André Paquet. 10 hommes et 5 femmes avec une moyenne d'âge de 54 ans, 40 ans pour la cadette et 68 ans pour le plus ancien, à savoir la tête de liste. Particularité géographique : 10 futurs élus habitent le haut de la commune (Planfay, Pomarey et Savoyardière) et 5 le bas (Bellevue et Rigaudière). Aucun représentant donc, entre les hameaux de Garcinière et Le Gua.


Nous reviendrons dans une prochaine article sur le programme et la profession de foi de cette équipe. Lors de la réunion du 1er février, les futurs élus ont annoncé très clairement leur volonté d'ouvrir les commissions de travail aux habitants sous forme de « démocratie participative », imitant ainsi ce qui s'est fait sur la commune de Saillans dans la Drôme depuis 2014. Une réunion publique est prévue le lundi 9 mars, à 20h, à la Salle des fêtes de Pomarey.

Voici la liste des 15 candidats par ordre alphabétique.
Christian Balestrieri, 68 ans, retraité de l’Éducation Nationale, Pomarey
Michel Brosse, 64 ans, retraité de l’Éducation Nationale, Bellevue
Stéphane Crozat, 50 ans, ethnobotaniste, Pomarey
Catherine Cambrils, 41 ans, responsable réseaux, Rigaudière

Birgit Hiess, 55 ans, préparatrice en pharmacie, Rigaudière
Marie Kerjean-Ritter, 40 ans, psychologue, Savoyardière
Pierre Meyer, 65 ans, retraité du secteur associatif, Planfay
Bernard Michallet, 67 ans, retraité du Ministère de l’Agriculture, Pomarey
Christophe Millet, 50 ans, ingénieur, Pomarey
Dominique Nantas, 46 ans, directeur associatif, Bellevue
Hélène Roy-Debray, 56 ans, artiste-peintre, Planfay
Bernard Thévenin, 64 ans, retraité de la DDE, Rigaudière
Loïc Thomas, 46 ans, apiculteur, Savoyardière
Philippe Tur, 56 ans, graphiste, Planfay
Élodie Villain, 45 ans, conseillère formation, Planfay

dimanche 23 février 2020

Canton de Saint-Égrève : les élus qui vont quitter leur mairie et la Métro

Onze élus municipaux des sept communes du canton de Saint-Égrève siègent également au conseil de la Métropole : 3 élus pour Saint-Égrève, 2 pour Saint-Martin-le-Vinoux et 2 pour Le Fontanil, et 1 pour chacune des autres communes, Quaix-en-Chartreuse, Proveysieux, Sarcenas et Mont-Saint-Martin.
Huit de ces 11 élus ne se représentent pas aux prochaines élections municipales et ne siégeront donc plus à la Métro. Il s’agit de : Daniel Boisset, maire de Saint-Égrève, et sa première adjointe, Catherine Haddad, Yannik Ollivier, maire de Saint-Martin-le-Vinoux, et sa 1re adjointe, Mireille Périnel, Richarde de Saint-Léger, première adjointe au Fontanil, Jean-Luc Poulet, premier adjoint à Quaix-en-Chartreuse, Christiane Raffin, maire de Proveysieux, et Serge Hortemel, maire de Mont-Saint-Martin.
Les trois autres élus municipaux du canton de Saint-Égrève qui n’ont pas annoncé leur départ sont Catherine Kamowski, Stéphane Dupont-Ferrier et Jean Lovera. Ces deux derniers, maires sortants respectifs du Fontanil et de Sarcenas, se présentent à nouveau aux élections et, s’ils sont élus maires, siégeront de nouveau au conseil de la Métro.
Quant à Catherine Kamowski, conseillère municipale de Saint-Égrève (après en avoir été maire de 2002 à 2017) et députée de l’Isère, elle pourrait éventuellement siéger à la Métropole lors du prochain mandat, car elle figure sur la liste de Benjamin Coiffard aux élections municipales à Saint-Égrève, “fléchée” pour devenir conseillère métropolitaine.


Info Dauphine Libéré / 17 février 2020

samedi 22 février 2020

Un plan d’adressage et de dénomination des voies publiques qui déclenche un conflit entre élus et habitants


Les noms des hameaux (ici Le Mollard) Vont-ils rester ?
Pas contents, mais alors pas contents du tout les Proveysards sur le plan d’adressage proposé par l’équipe municipale. Dans beaucoup de communes, c’est passé comme une lettre à la poste, pas ici ! 

Tout a commencé le 11 février dernier, quand les élus ont invité la population à une réunion d’information et de présentation de ce plan d’adressage, désormais indispensable dans chaque commune (voir ci-dessous). Les habitants, nombreux et curieux, ont alors découvert qu’une commission municipale avait planché depuis plusieurs mois sur une dénomination des voies publiques. Il a donc été présenté toute une série de noms, parfois différents des noms des hameaux ou lieux-dits : chemins des Châtaigniers, des Noisetiers, des Vignes, de la Fontaine Verte, de la Croix… Il y a eu comme un silence à l’issue de l’exposé et puis, ça a explosé, chacun ayant ses raisons de remettre en cause cette liste de noms. Les critiques ont été nombreuses et le ton est monté. Plusieurs personnes de la future équipe ont interpellé le maire, sans animosité, lui demandant de surseoir à la délibération prévue le lundi 17 février qui devait valider le projet. Un des présents, parlant au nom des futurs élus, a même indiqué à l’édile « qu’il serait dommage pour elle de terminer ses deux mandatures sur un tel sujet de discorde et qu’il serait tout à son honneur d’accepter notre proposition pour sortir par le haut de ce début de conflit ». En réponse, Christiane Raffin a précisé que l’affaire était close et que la délibération serait votée.
Une pancarte que certains auraient souhaité voir à Proveysieux
Déçus de cet échange et des réponses données, les futurs élus ont envoyé une lettre par mail à tous les conseillers à l’exception du maire qui l’a reçue par courrier en mairie deux jours plus tard. Dans cette missive, ils exprimaient leur sentiment sur ce plan d’adressage, tout en respectant le travail effectué par la commission municipale : « On touche à l’affect des habitants, notamment des anciennes familles, qui ne comprennent pas que le lieu dans lequel ils vivent depuis des années, voire des générations, change de nom sans qu’ils aient été consultés au préalable. (…) Nous pensons qu’il est important, voire vital, qu’un tel sujet, à savoir le nom du lieu ou l’on habite, qu’on a investi depuis des années, qui fait partie pour certains de leurs racines culturelles profondes, soit partagé, débattu ». Ils ont ainsi redemandé au maire de surseoir au vote de la délibération.
Pour cette réunion publique du 17, une trentaine de personnes s’étaient déplacées, ce qui n’était jamais arrivé pendant les deux mandats de Christiane Raffin. La fameuse délibération de la discorde a été votée à l’unanimité. Certains habitants ont encore fait des remarques quant aux noms de lieux-dits et à la non-implication des habitants quant à ces choix.

Une équipe soudée autour du maire

Interrogée sur l’événement, Christiane Raffin a précisé que tous les élus ont été scandalisés par les échanges de la réunion de présentation et qu’elle n’avait pas d’ordres à recevoir. « Je trouve ahurissant, inadmissible et déplacé de la part de futurs candidats, qu’ils viennent me demander de ne pas prendre une délibération, alors que je suis la seule qui puisse faire l’ordre du jour d’un conseil municipal. Pour qui se prennent-ils ? Ils n’ont pas les manettes… C’est nous qui avons mené à bien ce projet, il est quasiment abouti ». Le maire a précisé que les élus étaient outrés de la méthode. Sur le choix de ne pas ouvrir la commission municipale aux habitants, elle l’assume parfaitement. Elle précise aussi que les futurs élus devraient se préoccuper des vrais sujets qu’ils auront à traiter lors de la passation de pouvoir : l’intercommunalité, le budget qu’ils devront voter pour le 30 avril, l’urbanisme et le règlement du nouveau PLUi, la voirie…
Comme on le comprend, la transition entre les deux équipes ne sera pas très simple… Rendez-vous dans quelques semaines…


L’adressage, 
mode d’emploi
Le village de Proveysieux vu de Quaix en Chartreuse

Afin de faciliter le repérage, le travail des préposés de la Poste et des autres services publics ou commerciaux, la localisation sur les GPS et de garantir à chacun la possibilité de souscrire un abonnement à la fibre optique, il est indispensable que le plan d'adressage des communes soit à jour. 
En outre, ce plan permettra aussi aux services publics de secours, pompiers, ambulances, gendarmerie et autres services, de repérer rapidement des habitants. Pour ce faire, il convient d'identifier clairement les adresses des habitations et de procéder à leur numérotation.

mercredi 19 février 2020

A la santé de Django : Maxime Prebet

Ce vendredi 21 février, pour un concert jazzy dont l'Atrium du Fontanil-Cornillon a le secret, Laurent Courtois invite le vibraphoniste Maxime Prebet, l'occasion de découvrir cet instrument...

Jeune et talentueux musicien, Maxime Prebet, vibraphoniste passionné par le grand Milt Jackson dont il a particulièrement étudié le phrasé, maitrise parfaitement le langage et les codes du jazz des années 1950. C’est du reste à cette période que Django Reinhardt commence lui-même à jouer avec le vibraphoniste Fats Sadi Lallemand – lequel participe à l’ultime enregistrement du grand guitariste, le 8 avril 1953 – et développe un jeu influencé par les boppers américains. Quand on sait que l’un des albums les plus fameux de Milt Jackson s’intitule “Django” – titre éponyme de la fameuse composition de John Lewis enregistré avec le Modern Jazz Quartet et que Miles Davis considérait comme l’un des plus beaux standards de jazz – on comprend toutes les raisons qui ont poussé Laurent Courtois à inviter cet instrumentiste virtuose à la maturité affirmée et au swing éclatant !
Avec Laurent et Antoine Courtois, guitares et Enzo Favre, contrebasse.

Vendredi 21 février à 20h30 - L'Atrium, 1 ter rue du Moulin - Fontanil-Cornillon

mardi 18 février 2020

En route pour 6 jours de fête autour du cinéma à La Vence Scène de Saint-Egrève !

Cette 5ème édition des rencontres cinématographiques "A vous de voir" propose un programme éclectique et festif, qui mêle spectacle vivant et cinéma, pour petits et grands.
Durant 6 jours, du 21 au 26 février, le service culturel, le Pole Jeunesse, la bibliothèque, l'Unisson et les associations culturelles vous invitent à investir La Vence Scène. Ce ne sont pas moins de 42 films qui sont à découvrir, dont 11 en avant-premières. Des longs-métrages de toutes les nationalités qui vous inviteront au voyage, au rire, à l'émotion ou à la réflexion.
Levers de rideau en-chantés, dégustations, rencontres, animations, ou ateliers pour les enfants : les films seront accompagnés par de multiples surprises !
Le bar sera ouvert pendant toute la durée des rencontres, vous pourrez y partager un moment convivial autour d'un verre ou d'une crêpe mais aussi admirer une belle exposition en hommage au cinéma.

Toute l'équipe vous souhaite de passer d'agréables moments, en gardant les yeux bien ouverts tel le chien emblème de cette 5ème édition. 


Téléchargement du programme

dimanche 16 février 2020

La délibération de la discorde

C'est le projet d'adressage des habitations qui pose problème et qui sème actuellement le trouble au sein de la communauté proveysarde.  Sans véritable concertation publique, comme ça s'est fait sur d'autres communes, le conseil municipal devrait délibérer ce lundi sur une liste de noms de rues et autres chemins qui ne semble pas faire l'unanimité .... loin s'en faut !
Les membres de la future liste (Proveysieux 2020), qui doit se présenter au scrutin des 15 et 22 mars m'ont fait parvenir ce courrier où ils expriment (calmement) leur point de vue... sans polémique.



Madame le Maire,
Mesdames et Messieurs les Adjoints et Conseillers Municipaux.

Nous sommes seize, engagés et réunis pour constituer une liste qui va se présenter aux prochaines élections municipales. Il ne nous reste qu’à désigner la tête de liste qui va mener notre groupe. Vous pouvez donc être rassurés : le spectre de la disparition de la commune est définitivement écarté.
Nous sommes donc seize à vous écrire cette lettre. Nous tenons collectivement à tenter de dissiper un malentendu. La présentation du nouvel adressage lors de la réunion de présentation en mairie de mardi 11 février dernier a fait découvrir à l’ensemble de la population et à nous mêmes le résultat des travaux du groupe assigné à cette tâche. Le malentendu, c’est l’idée que nous voulons faire table rase de tout le travail accompli par votre équipe, tout démolir et reconstruire quelque chose de neuf sur les ruines de votre engagement.
Nous voulons vous assurer notre plus grand respect pour le travail accompli et reconnaissons que la tâche a dû être ardue entre les vérifications de métrage, de localisation de chaque foyer et du suivi des autorisations à demander aux propriétaires de voies privées. Nous mesurons tous les arbitrages requis pour arriver au résultat exposé. 
Néanmoins, comme vous avez pu le constater, la présentation a buté sur le sujet de nominations de lieux sur un certain nombre d’endroits. Vous avez été interpellés assez fraichement à ce sujet par le public. On touche là à l’affect des habitants, notamment des anciennes familles, qui ne comprennent pas que le lieu dans lequel ils vivent depuis des années, voire des générations, change de nom sans qu’ils aient été consultés au préalable. Nous comprenons bien que juridiquement, donc techniquement, le choix des noms de voirie fasse partie des prérogatives du seul Maire conformément à ses pouvoirs de police. Nous pensons cependant qu’il est important, voire vital, qu’un tel sujet, à savoir le nom du lieu ou l’on habite, qu’on a investi depuis des années, qui fait partie pour certains de leurs racines culturelles profondes, soit partagé, débattu. Comme écrit plus haut, il ne s’agit pas de raison logique, mais d’affect, et c’est cet affect qui conditionne la façon dont les gens et leurs actions sont perçus, sont appréciés.
Il ne s’agit surtout pas de remettre en cause le travail effectué ou l’obligation de procéder à cet adressage. Nous sommes en même temps conscients que la nomination des lieux est une partie infime de l’ensemble du travail réalisé et qu’en plus, les réactions du public présent ne portent que sur une partie de la liste soumise.
C’est pourquoi nous vous demandons instamment de “donner du temps au temps” et de sursoir au vote de la délibération sur l’adressage prévu pour la séance de conseil municipal du 17 février. En tant que potentiels et probables futurs élus, nous souhaitons nous associer au plus près à cette démarche d’adressage en nous appuyant sur le socle du travail effectué par votre équipe. Pour la nomination des lieux, et seulement sur ce point, nous voulons organiser une concertation de la population et nous baser sur cette concertation pour établir des noms plus en adéquation avec les attentes et ressentis de chacun. 
Ce n’est pas une démarche belliqueuse tentant à faire une démonstration de vertu de l’équipe rentrante par rapport à l’équipe sortante, mais plutôt de faire en sorte que cette consultation soit une sorte de “signature politique” de la transition. Montrer aux habitants de Proveysieux que la continuité en douceur du fonctionnement de la commune est possible. Le fait de ne pas mettre au vote cette délibération lundi ne doit donc pas être considéré comme un échec.
Par ailleurs, nous savons qu’il n’y a pas d’urgence butoir pour voter cette délibération. La fibre ne sera pas installée avant deux ans selon nos sources. Nous nous engageons à reprendre les rènes de ce chantier, organiser la consultation de la population, vous associer à la démarche afin de faire en sorte que nous fassions passer ce projet en délibération le plus rapidement possible. Il n’est pas question pour nous de revendiquer la paternité de votre travail. Celui-ci représente une base solide sur laquelle nous souhaitons nous appuyer.
Nous nous tenons tous à votre entière disposition pour discuter de ce sujet à votre convenance.

Bien cordialement.


La liste « Proveysieux 2020 »
Marie-Laure Balandine, Christian Balestrieri, Michel Brosse, Stéphane Crozat, Catherine Cambrils, Hélène Debray, Brigit Hiess, Marie Kerjean, Pierre Meyer, Bernard Michallet, Christophe Millet, Dominique Nantas, Bernard Thévenin, Philippe Tur, Élodie Villain. 

jeudi 13 février 2020

Conférence sur le lynx et le chat forestier de Chartreuse au Muséum de Grenoble

Dans le cadre de l’exposition Fascinants félins du Muséum de Grenoble, le Parc et la Réserve des Hauts de Chartreuse propose une conférence sur les félins en Chartreuse (lynx et chat forestier)
Mercredi 19 février à 18h30
Auditorium du Muséum (entrée Rue des Dauphins, côté Rectorat)
Par Jérôme BAILLY, garde technicien
Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse


Le massif de la Chartreuse est une zone vitale en Isère pour les deux espèces et constitue leur limite de répartition dans notre région. Le chat forestier est de retour après des années de recherches et les connaissances sur le lynx ont largement progressé. Nous sommes invités à découvrir les méthodes utilisées par le Parc et la Réserve pour le suivi de ces animaux extrêmement discrets.

Pierre Faure a présenté sa liste pour les élections municipales de Quaix en Chartreuse

Le conseil municipal de Quaix-en-Chartreuse compte 15 élus. La liste emmenée par Pierre Faure, maire depuis 2001, est intitulée “Quaix, ensemble vers l’avenir”, et comprend 15 noms (il peut y en avoir 16 ou 17). Aucune autre liste n’est annoncée sur Quaix-en-Chartreuse.
Cinq élus sortants se représentent : Pierre Faure, Julien Dorel, Sébastien Falco, Philippe Giroud-Bit et Éric Rossetti.
Il y a 10 hommes et 5 femmes (la parité n’est obligatoire que pour les communes de 1 000 habitants et plus, NDLR). La benjamine de la liste, Élise Moiroud, a 34 ans, et le doyen, Alain Merle, 62 ans. Six colistiers ont 40 ans ou moins (40 %), et deux ont 60 ans ou plus (13 %). La moyenne d’âge est de 45,7 ans.

Pierre Faure a présenté sa liste par ordre alphabétique.

La liste “Quaix, ensemble vers l’avenir”

Pierre FAURE , 59 ans, agent de maîtrise, L’autre côté de Vence.
Agnès CLUZEL , 37 ans, assistante d’expert, Le Barbet.
Julien DOREL , 39 ans, enseignant, Le Bourg.
Sébastien FALCO , 42 ans, dirigeant de société, Pétesset.
Olivier Flaven , 44 ans, dirigeant de société, Combe Blanche.
Philippe GIROUT-BIT , directeur industriel, L’Aragnat.
Alain MERLE , 62 ans, ingénieur chercheur retraité, Mont-Quaix.
Fanny MIECH , 40 ans, architecte, La Jars.
Élise MOIROUD , 34 ans, technicienne de laboratoire, Le Bourg.
Cédric PELEGRIN , 40 ans, gérant, L’Aragnat.
Alexia PROUST , 36 ans, directrice “recherche et développement”, L’Aragnat.
Éric ROSSETTI , 55 ans, architecte, Mont-Quaix.
Carole SCHNEIDER , 52 ans, ingénieure commerciale, La Frette.
Jean-Christophe VILLAIN , 40 ans, maître d’œuvre, La Croix de Chorre.
Arnaud PITRE , 45 ans, responsable pôle d’essai, La Jars.

Dauphiné Libéré 9 février

mardi 11 février 2020

Conseil municipal à Proveysieux ce lundi 17 février. ... Le dernier pour ce mandat ?

La prochaine réunion publique du Conseil Municipal de Proveysieux aura lieu le lundi 17 février en mairie, à 18 h. Outre le fait que ce sera sans doute la dernière occasion pour les élus de ce mandat de se retrouver, un certain nombre de délibérations seront présentées aux élus, notamment la présentation du projet d'adressage des habitations, ce point faisant débat auprès des Proveyzards. 

Voici l'ordre du jour détaillé de ces délibérations :

1)  Approbation du compte de gestion 2019 du comptable public du budget principal.
2)  Approbation du compte administratif 2019 du budget principal.
3) Affectation des résultats 2019 au budget principal 2020.
4) Electrification du réservoir du Mollaret : autorisation donnée au Maire à signer la convention avec Enedis et tous les documents afférents à ces travaux.
5) Jardin partagé : autorisation donnée au Maire à signer la convention avec le Président de l’Amicale de Proveysieux, porteur du projet.
6) Adressage : approbation des dénominations des voies et de la numérotation métrique des habitations.
7) Adressage : demande de subvention à la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour connaître l'activité de vos élus nationaux, députés et sénateurs

Le site "NosDéputés.fr" cherche à mettre en valeur l'activité parlementaire des députés de l'Assemblée Nationale. En synthétisant les différentes activités législatives et de contrôle du gouvernement des élus de la nation, ce site essaie de donner aux citoyens de nouveaux outils pour comprendre et analyser le travail de leurs représentants.
 
Conçu comme une plateforme de médiation entre citoyens et députés, le site propose à chacun de participer et de s'exprimer sur les débats parlementaires. Au travers de leurs commentaires, les utilisateurs sont invités à créer le débat en partageant leur expertise lorsque cela leur semble utile. Peut-être pourront-ils ainsi nourrir le travail de leurs élus ?

Et votre député ?
Ainsi, vous pouvez accéder directement aux travaux de Catherine Kamowski, députée de la 5ème circonscription de l'Isère (la nôtre), et recevoir régulièrement par mail l'intégralité de ses travaux parlementaires : présences en commission et dans l’hémicycle, questions orales, responsabilités et travaux llégislatifs, amendements auquel elle a participé, etc.
Ce site permet ainsi de mieux connaître la teneur des travaux parlementaires de nos élus, et peut-être d'éviter de critiquer sans trop savoir... ou critiquer à bon escient.

Vous pouvez consulter l'activité de leurs collègues du Sénat sur Nos Sénateurs.


dimanche 9 février 2020

Reportage de France Bleu Isère sur la station météo du Col de Porte

C'est l'une des plus longues séries de mesures sur la nivologie : la station du Col de Porte, en Chartreuse, enregistre le lent déclin de l'or blanc en moyenne-montagne.Reportage avec Marie Dumont, chercheure du Centre d'étude de la neige.

Sarcenas, France
Il faut bien veiller à marcher dans ses pas pour ne pas abîmer l'objet de ses recherches - la neige, qui vient de tomber sur le massif de la Chartreuse. Le site du Centre d'étude de la neige, au Col de Porte (1 326 mètres), est protégé par un grillage pour éviter que les skieurs de la station toute proche ne viennent piétiner la précieuse matière blanche.

Marie Dumont, du Centre d'études de la neige Météo-France / CNRS - Radio France
Marie Dumont, du Centre d'études de la neige Météo-France / CNRS © Radio France - Lionel Cariou

Marie Dumont, chercheur Météo-France / CNRS, nous guide à travers la ribambelle d'instruments et de capteurs installés sur le périmètre. Là un pluviomètre, qui mesure les précipitations et leur état (neige ou pluie), ici un portique pour analyser les rayonnements solaire, thermique et aussi celui que renvoie la neige. Au col de Porte, les scientifiques étudient le manteau neigeux depuis maintenant 60 ans. L'une des plus longues séries de mesures.  Marie Dumont creuse un trou pour obtenir une coupe verticale - une stratigraphie. La routine pour cette scientifique basée à Saint-Martin-d'Hères et qui étudie en particulier les phénomènes liés à la coloration de la neige.

L'épaisseur de neige était de 61 cm le 5 février - Radio France
L'épaisseur de neige était de 61 cm le 5 février © Radio France - Lionel Cariou

Forte variabilité

En ce début février, on mesure 61 centimètres de cumul à la station du Col de Porte, dont 17 centimètres de neige fraîche et "roulée" (c'est-à-dire que les grains ont gelé avant de tomber sur le sol). Jusqu'ici, ce n'est pas un très bon hiver. "On est dans les 20% des enneigements les plus faibles enregistrés ici à cette date depuis 1960", note Marie Dumont. Peu de neige, donc, mais pas un record. Durant les hivers 1963-1964 et 2006-2007, le manteaux neigeux n'avait pas dépassé les 60 centimètres. À l'autre bout du spectre, on a mesuré un cumul de 3,05 mètres en avril 1970 ! Certes, les chiffres sont très variables d'une année sur l'autre, mais la tendance est bien à la décrue confirme la scientifique. Depuis 1990, le manteau neigeux n'a plus jamais dépassé les 2 mètres au Col de Porte.

40 centimètres perdus en 30 ans

"On voit, en moyenne, une tendance à la diminution de l'enneigement avec une perte de 40 centimètres sur 30 ans, détaille Marie Dumont. Ici on enregistre une augmentation des températures hivernales de 0,3 degrés tous les 10 ans ; par contre quand on regarde les précipitations totales donc la pluie plus la neige, ça ne bouge pas beaucoup. Donc l'élévation des températures fait que les précipitations vont tomber plus souvent sous forme de pluie et moins souvent sous forme de neige." 

Hausse des températures + précipitations stables = moins de neige. Données Météo-France / CNRS au Col de Porte (1325 mètres, Chartreuse) - Aucun(e)
Hausse des températures + précipitations stables = moins de neige. Données Météo-France / CNRS au Col de Porte (1325 mètres, Chartreuse) - Météo-France / CNRS

Avec la hausse continue des températures, on s'attend à avoir dans les années qui viennent un manteau neigeux plus humide et plus dense à cette altitude (1325 mètres). Et moins de neige, ça ne veut pas dire moins de risque d'avalanche. "La nature de l'aléas va changer, souligne Marie Dumont : il y aura sans doute plus d'avalanches de neige humide comme par exemple ce qu'il s'est passé le week-end dernier (1-2 février) où il a plus extrêmement haut, jusqu’à 2000-2500 mètres. Cette pluie qui tombe sur un manteau neigeux qui est déjà épais, ça peut créer des avalanches qui n'auraient jamais eu lieu auparavant." Et il faudra sans doute aussi revoir la carte des secteurs à risque.

Brèves de campagne proveysarde

Un référendum pour proposer d’augmenter les impôts locaux ?

Lors de la très intéressante réunion visant à recueillir le maximum de propositions pour bâtir un projet municipal, mais aussi des candidats potentiels pour figurer sur la liste des élections municipales à Proveysieux (lire notre édition du 3 février), les sujets les plus divers ont été abordés. Un habitant a notamment demandé si « la nouvelle équipe devra gérer la quasi-faillite de la commune » et, dans ce cas, « aura-t-elle des propositions dynamiques ? »

La réponse est venue d’une habitante, à l’autre bout de la salle : « Pour avoir plus de moyens financiers pour les projets de la commune, il faudrait payer plus d’impôts. Il faudrait peut-être faire un référendum pour savoir si nous, Proveysards, on est prêts à payer plus d’impôts. » La proposition a beaucoup fait sourire dans la salle, l’un des animateurs de la soirée, Dominique Nantas, répondant du tac au tac, également avec le sourire : « Mais si la liste qu’on constitue propose d’augmenter les impôts, je crois qu’il y aura tout de suite une seconde liste ! »

Pour une petite commune en difficulté financière, la proposition d’augmenter les impôts n’est cependant pas si absurde que ça. Sachant que les taxes locales sont très faibles à Proveysieux, avec un taux communal de taxe foncière sur le bâti de 17,5 % (contre, en moyenne, 34,12 % pour les 49 communes de la Métropole) et un taux communal de taxe d’habitation à Proveysieux de 7,21 % (contre, en moyenne, 15,83 % sur la Métro). En revanche, le revenu fiscal de référence moyen par foyer est, à Proveysieux (35 000 €), supérieur d’environ 40 % à la moyenne nationale. En résumé, les ménages proveysards sont plus riches que la moyenne et paient moins d’impôts locaux que la moyenne. Avec, il faut le préciser, moins de services que la moyenne, puisqu’ils vivent dans une petite commune de montagne.

Vincent Paulus - Dauphiné Libéré du 4 février

samedi 8 février 2020

Christiane Raffin toujours inquiète quant à sa succession à la mairie de Proveysieux

Apres le Dauphiné Libéré et France 3 Alpes, c'est TeleGrenoble qui a fait un reportage sur le manque de candidats à la succession de Christiane Raffin à la mairie de Proveysieux.
La prochaine fois on risque de voir la commune de Proveysieux sur "Le Bon Coin" ...!
Heureusement les choses ont un peu évolué depuis...
Reportage du 31 janvier.
A lire sur le lien suivant...     http://www.telegrenoble.net/replay/le-jt_30/proveysieux-mobilisation-a-la-mut’-chamrousse-31-janvier-2020_x7rc3n0.html

jeudi 6 février 2020

Adressage des Proveysards : beaucoup de questions ...et d'inquiétude

Une réunion d’information au sujet de l’adressage des habitations sur la commune de Proveysieux aura lieu le mardi 11 février à 18h00 à la mairie de Proveyzieux.
On espère que les habitants auront leur mot à dire sur le sujet, ce qui n'a jamais été à l'ordre du jour à chaque fois que la question à été posée. En tous cas, un certain nombre d'entre eux sont inquiets et se demandent où ils vont habiter...
Info : mairie de Proveysieux.

mercredi 5 février 2020

Hélène Roy en exposition, du13 au 23 février à Saint-Egrève

"J’aurai le plaisir de vous accueillir prochainement à la Mairie de Saint-Egrève (Château Borel), pour vous présenter mon travail récent :

Avec la peinture, je voudrais vous emmener dans les ambiances de la Chartreuse colorée ou enneigée, abrupte et lumineuse ; accompagner votre regard du ciel immense jusqu’au ras du sol noir de Planfay,
vers les troncs de hêtres ou de sapins, les feuilles mortes ou les pousses nouvelles;
interroger notre lien avec cette nature généreuse et fragile.


Je serai heureuse de vous rencontrer à l’occasion du vernissage de l’exposition,
le jeudi 13 février à partir de 18h30.
 

Je serai présente aussi pendant toutes les périodes d’ouverture,
8 après-midi entre le 13 et le 23 février :
 

Exposition du 13 au 23 février 2020
le jeudi de 16h à 19h, vendredi de 14h à 17h15,
samedi et dimanche de 14h à 17h30,

mardi 4 février 2020

Démocratie participative : les Proveysards montrent l’exemple !

Samedi soir, les Proveysards étaient conviés à exprimer leurs souhaits pour l’avenir de la commune et dire s’ils étaient prêts à s’engager dans un travail d’équipe.

Depuis quelques semaines, Proveysieux, en mal de candidats pour les élections municipales, enviait les communes voisines, qui avaient déjà trouvé assez de volontaires pour présenter une, voire plusieurs listes. Mais aujourd’hui, ce sont plutôt les communes voisines qui doivent envier Proveysieux. Ou plutôt les Proveysards.
Car à l’heure où la “participation citoyenne”, la “démocratie participative” et autres “concertation” et “coconstruction” sont au programme de presque tous les candidats, les Proveysards, eux, partant d’une situation compliquée (lire par ailleurs), sont passés des mots aux actes pour faire le premier pas vers cette démocratie participative. Ils ont organisé, ce samedi à la salle de Pomarey, une réunion en tout point remarquable.« Après deux réunions de réflexion pour parler de l’avenir de Proveysieux, on a des idées, mais on attend de vous, ce soir, des contributions », lança d’entrée Dominique Nantas, entouré de plusieurs Proveysards (Christian Balestrieri, François Debray, Hélène Debray-Roy, Pierre Meyer…) déjà mobilisés autour du devenir de la commune, et qui à tour de rôle animèrent une partie du débat.

« Pour l’instant, on n’a que trois noms pour la liste »

Environ 25 personnes ont pris la parole dans cette réunion à laquelle près de 80 personnes ont participé. Des échanges, et plusieurs intervenants l’ont souligné, avec une remarquable qualité d’écoute.
Des pistes lancées par les premiers Proveysards mobilisés aux propositions avancées ce soir-là, on retiendra ces quelques points forts qui devraient constituer le socle de l’action de la prochaine municipalité. Notamment : l’importance de l’école et du rôle central qu’elle joue dans la commune, le besoin d’un lieu de convivialité à créer, la réflexion à entamer pour améliorer la mobilité – notamment via le covoiturage – dans un village où plus de 70 % des ménages ont deux voitures ou plus, la nécessité de préserver l’agriculture et l’exploitation de la forêt… mais aussi l’organisation à mettre en place pour mieux comprendre les relations entre la commune et la Métro afin d’en tirer le meilleur profit.
Il fut aussi beaucoup question de la nécessaire participation des habitants à la vie municipale, même sans être élu, et donc du partage des projets, du travail et décisions entre le conseil municipal et les habitants. Avec en filigrane, même si cela ne fut pas dit ouvertement mais confirmé hors réunion, le constat que durant le mandat qui s’achève, les Proveysards ne se sont guère sentis associés aux décisions du conseil municipal, ni consultés dans leur préparation. Inutile de préciser que la future équipe municipale devrait fonctionner différemment…
« Qu’est-ce qui est important, à vos yeux, pour la vie du village, avait lancé en début de réunion Dominique Nantas. Et sur quoi êtes-vous prêts à vous investir ? » La question trouvera sa réponse à l’issue de la réunion de jeudi 6 février (lire ci-contre). Sachant que, « pour l’instant, on n’a que trois noms pour la liste, et aucun n’a dit souhaiter être maire ou premier adjoint ».

Comment en est-on arrivé là ?

Fin septembre 2019, Christiane Raffin, maire de Proveysieux depuis 2008, annonçait officiellement sa décision de ne pas solliciter un autre mandat. Et sur les 15 élus du conseil municipal, un seul, Bernard Thévenin, souhaite se représenter. Il a donc, ces dernières semaines, toqué à pas mal de portes du village pour essayer de trouver des Proveysards prêts à s’engager pour la commune, voire à la gérer. Ces volontaires se sont réunis, sans publicité, les 11 et 18 janvier derniers. À l’issue de ces réunions, 27 personnes se sont déclarées prêtes à contribuer à la vie municipale mais, pour le moment, seulement trois souhaitent faire partie de la liste, et donc du futur conseil municipal.

Vincent Paulus -- Article Dauphiné Libéré - 3 février 2020

samedi 1 février 2020

L'hiver, quel hiver ?

Vous l'avez sans aucun doute remarqué dès que vous avez quitté votre doux foyer ces jours, cette douceur exceptionnelle du climat... Vous avez bien vu... et senti ! On est bien le 1er février. Les prévisions pour les deux jours à suivre prévoient même 16°C au nord de la Loire, et jusqu’à 21°C dans le sud et donc un gros pic de douceur pour ce lundi 3 février. Dans certaines villes comme Biarritz, Tarbes et Perpignan, des records de douceur pourraient être battus !
Ne rangez pas pour autant les tenues d’hiver : cette douceur parfois proche des records précédera un net rafraîchissement : dès mardi, les températures vont chuter, perdant par endroits jusqu’à 10 degrés, relate encore Météo France avant une remontée sans doute en fin de semaine prochaine.


La Faune s'adapte
Les oiseaux ont vite fait de s'adapter à cet avant-gout du printemps et, tous les matins, sur Proveysieux, ça chante à tout va depuis déjà quelques semaines. C'est le cas des grives musiciennes et des fauvettes à tête noire depuis la mi-janvier. Merles noirs et pics épeiches sont aussi de la fête ! Habituellement, on a très peu de manifestations sonores et de parades de ces oiseaux avant mars !

Le réchauffement, c'est aussi en Chartreuse
Voilà une quinzaine d'années que, grâce à une petite station météo, je relève quotidiennement les températures mini et maxi, chaque jour de l'année. Deux données par jour, soit, en comptabilisant les absences, environ 650 données/an. En quinze ans, cela fait pas loin de 10 000 données. De quoi faire un peu des statistiques, sans aucune prétention de se placer en météorologue. Et ça dit quoi ?
Vous trouverez dans le graphique ci-dessous l'évolution de la température moyenne. Sans faire des conclusions et analyses détaillées, on voit nettement que les températures augmentent de manière assez importante. Et ça, c'est chez nous, en Chartreuse !
La COP21 préconisait une augmentation maximale des températures de 2°C pour la fin du siècle. A ce rythme-là on serait plutôt sur 5°C ! A méditer ...

jeudi 30 janvier 2020

Proveysieux est dans la presse quotidienne locale

La situation électorale de la commune de Proveysieux, quant aux prochaines élections municipales attire les journalistes.

Le trac, largement distribué dans toutes les boîtes aux lettres du village et affiché sur les panneaux fait l'objet d'un article dans le Dauphiné de ce jeudi 30 janvier pour annoncer la réunion de ce samedi 1er février à la salle des fêtes.

De même, hier mercredi 29, une équipe de France 3 Alpes a rencontré Christiane Raffin, le maire, qui a donc décidé de ne pas se représenter, pour évoquer la situation des communes qui ont du mal à trouver des candidats.
A visionner en cliquant ici.

A suivre...

mardi 28 janvier 2020

La commune de Quaix en Chartreuse se chauffe désormais entièrement au bois


Les différents partenaires et interlocuteurs
La semaine dernière, la commune de Quaix en Chartreuse a franchi un cap dans le domaine de la transition énergétique, souhaitant en finir avec les énergies fossiles. En inaugurant son nouveau réseau de chaleur au bois granulés, cette chaufferie, déjà en service depuis le début de saison hivernale, consommera 75 tonnes de granulés de bois de provenance locale. Elle permettra ainsi d’éviter le rejet dans l’atmosphère de plus de 99 tonnes de CO2 par an, soit 95 % des rejets générés avec l’ancienne chaudière au fuel. Cette nouvelle chaudière alimente ainsi la mairie, la salle polyvalente, le bâtiment de l’ancienne Communauté de Communes, l’ancienne cure ainsi que deux maisons de particuliers.
Devant le bâtiment où est installé la nouvelle chaudière granulés


Comme le précisait Eddie Chinal, président de Forestener, société qui conçoit et exploite des réseaux de chaleur renouvelable « cette chaufferie de 300 MwH, soit l’équivalent de 30/35 logements, est tout à fait à l’échelle d’un petit centre bourg comme celui de Quaix en Chartreuse. Des centre bourg comme celui-ci, il y en a de très nombreux dans le Parc de Chartreuse et dans l’agglomération. Ce genre de chaufferie montre qu’on peut aisément lutter contre le réchauffement climatique sans construire de gros ouvrages ». La société ForestEner présente comme particularité de permettre de l’investissement participatif ouvert aux citoyens et aux collectivités.
Pour ce projet représentant 275 000 € d’investissement, Grenoble-Alpes Métropole a attribué une aide à l’investissement de 110 000 € à Forestener, soit 40 % du total, dans le cadre du Fonds chaleur territorial qu’elle gère par délégation de l’Ademe. La Région est venue compléter ce soutien financier avec une aide de 87 000 €.


Dans son intervention et son message d’accueil aux différents partenaires présents à cette inauguration, dont Christophe Ferrari, président de la METRO, et Pierre Verri, président de l’ALEC, Pierre Faure, le maire de Quaix en Chartreuse, n’était pas peu fier d’inaugurer ce nouveau réseau de chaleur communal. « La démarche de Forestener en 2018 auprès des élus de la commune s’inscrivait totalement dans la démarche engagée depuis plusieurs années. Dès 2008, lors de la construction des logements sociaux, l’option chauffage à plaquettes bois haute performance avait déjà été privilégiée, suivie en 2011 pour l’ensemble des bâtiments école/crèche/cantine/bibliothèque. Grâce à ce réseau de chaleur inauguré ce jour, l’objectif visé de lutte contre la pollution par énergie fossile est totalement atteint. »
La commune de Quaix prouve, par cette réalisation et l’aide technique et financière des différents partenaires publics et privés, que « tout est possible ». Alors que l’agglomération grenobloise se trouve actuellement dans une situation critique quant à la pollution atmosphérique, il est à souhaiter que ce projet fasse des petits dans d’autres communes soucieuses aussi de l’évolution des consommations d’énergies.